Courrier à Mme la ministre de l’Environnement dans le cadre de la consultation publique sur la SNML

Fichier PDF [1]

Madame la ministre,

Dans le cadre de la consultation publique que vous avez lancée le mardi 2 août 2016 concernant votre projet d’une stratégie nationale pour la mer et le littoral, vous exprimez le souhait que des citoyens puissent :

1) Partager cette prise de conscience,

2) Mettre en commun les connaissances,

3) Compléter les analyses sur les enjeux,

4) Poser des questions et exprimer vos étonnements.

Je me permets donc de vous offrir mon livre intitulé Méditerranée (Mare Nostrum) : une mer assassinée – Le crime parfait (tome I) afin de répondre à vos trois premiers souhaits en ce qui concerne l’état de la biodiversité sur certaines zones de cette mer.

J’aimerais également vous faire part de mes préoccupations concernant l’avenir de la Méditerranée, et notamment de sa partie nord-occidentale dont la France est au cœur. Ce qui pourrait répondre à votre quatrième souhait : « poser des questions et exprimer mes étonnements », à la différence près que si j’ai de très nombreux étonnements à exprimer – trop long pour être listé dans ce simple courrier –, j’aurais plutôt des réponses à vous apporter que des questions à poser, car si j’en juge par les déclarations de certains « experts qui n’ont jamais vu la mer », comme je les nomme ironiquement, il est urgent et vital de vous faire part de l’état réel dans lequel se trouvent certaines zones de cette mer, tout du moins celles que l’on comptait récemment encore parmi les plus productives.

En effet, dans une situation aussi grave que celle que traverse actuellement la Méditerranée, il est plus que lassant d’entendre pérorer sur l’état de santé de cette mer qui serait, au dire de certains, en train de « s’améliorer ».

J’observe la Méditerranée se dégrader depuis près de quarante ans et si j’ai pris soin de consacrer près d’un an à écrire le livre que je joins à ce courrier, c’est avant tout parce que je n’en peux plus d’entendre un discours qui cache des réalités de terrain bien plus dramatique que ce que l’on peut imaginer.

Je ne vais pas vous faire un long discours sur mon expérience en la matière, mais j’ai successivement été pêcheur (d’appâts), directeur de criée, directeur d’exploitation d’une société de mareyage et consultant filière pêche avec en parallèle une pratique assidue de la plongée sous-marine depuis l’âge de 10 ans. C’est également à cette époque que j’ai initialement été sensibilisé aux problématiques environnementales par un pêcheur, « véritable sentinelle des mers », qui a su m’inculquer le respect de notre environnement et la nécessité de le préserver.

Or, il se trouve que mes observations et mes constatations vont à l’encontre des conclusions de la plupart des rapports que l’on peut lire concernant l’état de santé de la Méditerranée. Observations et constatations que nous pouvons tous faire nous-mêmes in situ.

Dès lors, d’où vient le fait que certaines expertises cachent cette réalité ?

J’ai cherché pendant près de vingt-cinq ans la réponse à cette question et in fine, je ne vois qu’une seule explication possible à cette dissimulation. J’y consacre plus d’un chapitre de mon livre sous l’appellation de « facteur psychologique » qui se matérialise par un phénoménal déni de réalité.

Certes, je n’ignore pas les progrès accomplis dans le traitement et le rejet des eaux usées depuis la publication du rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur « la pollution du littoral méditerranéen et sur les mesures à mettre en œuvre pour la combattre et assurer la défense de la nature » datant de 1974, mais cette évolution ne doit pas occulter les régressions dues à l’impact de la pollution chimique qui était alors pointée du doigt comme le plus grand risque qu’encourait la Méditerranée.

Outre mon livre, je joins à ce courrier, une lettre ouverte à l’attention des parlementaires qui leur parviendra par mail à la rentrée de septembre, le libellé d’une pétition demandant l’ouverture d’une nouvelle enquête parlementaire sur la pollution en Méditerranée qui ne soit pas « pipée », pardonner l’expression, par des expertises sous-estimant et sous-évaluant l’état réel de dégradation des zones les plus productives de nos eaux côtières, ainsi qu’un petit dossier presse.

Aux différentes informations et références que vous trouverez dans tous ces documents, je préciserais ceci : une grande part des espèces peuplant la Méditerranée nord-occidentale présente tous les signes d’un Syndrome Général d’Adaptation (SGA) tel que défini par le professeur Hans Selye et dont les travaux sur le stress ont été prolongés en France par un certain Henri Laborit. Ce qui signifie très explicitement que nous sommes aux bords d’une catastrophe majeure si nous ne réagissons pas immédiatement. (Je crains même qu’il ne soit trop tard, mais j’espère de tout cœur me tromper.)

En d’autres termes et pour faire court, nous sommes les témoins passifs et impuissants d’une stérilisation massive de la mer Méditerranée dont les premiers effets se font largement sentir dans nos propres eaux territoriales (cf. la problématique des « perturbateurs endocriniens » et de leur rôle dans la reproduction et la croissance des espèces animales).

Espérant avoir répondu en partie à vos souhaits par l’intermédiaire des documents joints, je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l’assurance de ma respectueuse considération.

Philippe Vergnes

Association Agir pour la Méditerranée et l’Environnement

P. S. :

Vous pouvez bien entendu soutenir l’action de l’association Agir pour la Méditerranée et l’Environnement (en cours d’enregistrement) qui vise l’ouverture d’une Commission d’enquête parlementaire concernant la pollution en Méditerranée et ses conséquences sur les ressources halieutiques et la biodiversité. Plus généralement, l’intégralité des bénéfices de la vente du livre Méditerranée (Mare Nostrum) : une mer assassinée – Le crime parfait (tome I) disponible sur le site de l’éditeur bookelis.com étant reversée à notre association, vous pouvez nous aider en commandant un ou plusieurs exemplaires de cet ouvrage.

P. J. :

Lettre ouverte à l’attention des parlementaires

Pétition pour l’ouverture d’une commission d’enquête sur la pollution en Méditerranée

Articles de presse parus sur Hérault Tribune relatifs à la pêche et à la Méditerranée :

  • 20 mars 2012, « La pêche méditerranéenne est-elle menacée de disparition ? »
  • 27 avril 2014, « Criée de Sète, la grève des acheteurs pour les nuls ».
  • 30 juillet 2016, « Méditerranée (Mare Nostrum) : une mer assassinée ».

Copies à

  • Mme Carole DELGA, présidente de la région Occitanie
  • M. Kléber MESQUIDA, président du département de l’Hérault
  • M. Sébastien DENAJA, Député de la 7e circonscription de l’Hérault
  • M. Gille d’ETTORE, président de la CAHM, maire de la ville d’Agde

Fichier PDF [1]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s